30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

CHOULEUR, le pied dans l'histoire

Le 15 avril 2014 - Vu 568 fois

Img 2742

La rencontre à CHASSELAY restera comme un souvenir impérissable pour Romain CHOULEUR, trois penaltys transformés et un match plein face aux anciens professionnels Sidney GOVOU et Ludovic GIULY

Sans trop s'avancer, le cas est rarissime.

Convertir trois penaltys accordés à la même équipe lors d'un même match, c'est ce qu'a réalisé le Capitaine du SA Spinalien à Chasselay.

Retour sur ce moment épique.

Dans les annales départementales, cela n'est pas arrivé lors des dix dernières saisons.

On a beau fouiller dans les archives ou dans la mémoire plus lointaines, on n'a pas souvenir d'un pareil événement, quésaco ?, la transformation de trois pénaltys par un joueur lors d'une rencontre.

Si accorder trois penaltys lors d'un match n'est pas inédit ( 1 ), en revanche, la triple réussite d'un tireur identique est denrée rare, quasi unique, c'est l'exploit qu'a réalisé Romain CHOULEUR, samedi " Cest une première pour moi, indiquait hier le Capitaine du SA Spinalien, qui cette saison, n'en avait tiré qu'un avant ce week-ernd ( lors de la journée inaugurale contre le FC Villefranche ).

Je crois que je n'en ai jamais tiré plus qu'un par match (2)."

Ne pas regretter

Alors que les Spinaliens se trouvaient menés, le Dombaslois a eu l'occasion de ramener son équipe à hauteur des Rhodaniens, le premier penalty est alors converti " J'ai un côté que je préfère et dans ces cas là, je ne pense pas au gardien de but, j'avais décidé de tirer sur ma droite" explique le milieu de terrain, qui n'a pas manqué cette opportunité en frappant sèchement dans le ballon " Comme je le dis toujours à mes coéquipiers ou à mes joueurs ( il est également coach de Dombasle ), il faut déjà mettre de la conviction et tirer assez fort, sur un côté.

Dans ces conditions, si on loupe, c'est que le gardien s'est montré plus fort que le tireur, mais, au moins, on n'a pas de regret." 

Ne pas fuir ses responsabilités

Techiquement à l'aise, Romain CHOULEUR ne s'est pas posé de question à l'heure de cette tentative, il aurait pu toutefois s'interroger quand est venue l'heure, huit minutes plus tard de récidiver " Je voulais tirer du même côté, relate Romain CHOULEUR, mais un peu plus fort encore parce que le gardien ( JACCARD ) était parti du bon côté sur le premier." et de deux !

Pour le dernier ( 77ème minute ) - le quatrième en fait puisque Chasselay a également bénéficié d'un penalty à un quart d'heur du terme de la partie - le Spinalien a remis le couvert au même endroit " En fait, je voulais changer de côté, admet -il, mais j'ai pensé que le gardien pourrait lui aussi plonger de l'autre côté, alors j'ai à nouveau tiré sur ma droite." il a eu raison, JACCARD étant finalement pris à contre pied.

Romain CHOULEUR est ainsi sorti vainqueur de cette guerre des nerfs.

Pourtant, il lui aurait été simple de laisser cet ultime coup de pied de réparation à un de ses partenaires " En début de saison, j'ai été désigné pour tirer les penalty, rappelle le gaucher, j'ai pris mes responsabilités, si quelqu'un d'autre avait tiré et aurait raté, je l'aurais regretté.

Cela aurait voulu dire aussi que je fuis mes responsabilités. "

Ne pas douter

Le Capitaine rentre donc dans l'hisdtoire du football.

Sans trembler.

Le pied froid " Ce n'était pas évident, admet-il cependant, avec le gardien, on était engagé dans un jeu, il y avait beaucoup de pression car il y avait de l'enjeu, le premier penalty c'était pour égaliser, le deuxième pour prendre l'avantage et le troisième pour reprendre encore l'avantage.

J'ai pris l'ascendant sur lui lors du premier et j'étais en pleine confiance pour les deux suivants, les penaltys, c'est une histoire de concentration, de maîtrise des nerfs, quand l'arbitre a sifflé le troisième penalty, les joueurs de Chasselay ont protesté.

Tout le monde s'est énervé, cela a duré.

Le gardien est aussi venu me chambrer, il fallait être sûr de soi."

Vosgesmatin  Résumé de Francis VERDUN

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 16/04/2014

×