30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

FC Villefranche, 29ème journée

Le 17 mai 2014 - 18h00 - Stade Armand CHOUFFET - Arbitre de la rencontre M. UEFA à disigner - Vu 604 fois

 IL Y AURA UNE FINALE !

En raison d’un match nul conjugué à l’étonnante victoire de Moulins, Epinal n’a pas plié l’affaire, hier à Villefranche.

Le leader garde tout de même son destin en main avant l’ultime débat, face à son dauphin.

Terrain dur et bosselé, temps doux et ensoleillé, 400 spectateurs environ

Ayant pourtant ouvert le score karbouch a g et ses coequipiers ont concede le match nul hier soir a villefranche de ce fait ils n ont pas encore leur ticket pour le national photo

 Ayant pourtant ouvert le score, KARBOUCH et ses coéquipiers ont concédé le match nul hier soir à Villefranche.

De ce fait, ils n'ont pas encore leur ticket pour le National

 carton-jaune-mcz1002-11.jpg  Avertissement pour le FC Villefranche:   M. OGIER à la 35ème minute

__________________________________________________

logo-fff.jpg  Arbitre de la rencontre Monsieur PAWSON ( Angleterre )

________________________________________

fcvb.jpgFC Villefranche 1 - 1 SAS Epinal  191 1

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

But pour le FC Villefranche: 

M. PAILLOT à la 55ème minute 

______________________________________________________________________

But pour le SAS Epinal:

Img 2742 M. Romain CHOULEUR à la 34ème minute sur penalty

______________________________________________________________________

Mi-temps:  0 - 1

Et tout à coup, une clameur.

Le coin gauche de la petite tribune du stade Armand-Chouffet se mit à vrombir sous les cris de la frange de supporters du SA Spinalien, à cet instant, tous venaient de comprendre que le club vosgien était définitivement sur la route Nationnal.

Car en dépit du sixième nul qu’étaient en train de réaliser leurs favoris (avant les débats, quatre points étaient nécessaires pour valider l’accession), les aficionados étaient au courant des déboires de Moulins, baladé par Sarre-Union (3-1).

Le banc spinalien était au parfum. Moins de dix minutes plus tard, pourtant, tout s’écroulait pour la délégation spinalienne, le dauphin élavérin venait de retourner cette inconfortable situation en quatre coups de cuiller à pot. Pour, au final, un succès qui rapproche les Moulinois à trois unités du leader.

C’est dire si l’abattement s’était, dès lors, épris des Vosgiens. « C’est un scénario catastrophe, lâchait Hassan Benkajjane, suspendu et qui avait tenu à être du déplacement. J’ai vécu ça la saison dernière (avec Raon-l’Etape). » Et on sait ce qu’il en est advenu.

Le tableau n’est toutefois pas totalement noir. « On garde encore notre destin entre nos mains, réagissait Fabien Tissot, tout aussi marqué que ses joueurs. C’est ça qui est positif. Mais il y a une énorme déception, une énorme frustration. » Parce que ce résultat laisse l’aréopage spinalien sur sa faim. « Au regard de notre scénario, on ne peut qu’être déçu », insistait l’entraîneur.

En cause, cette deuxième période que les Vosgiens avaient maîtrisée mais dont ils n’ont – cela est récurrent – jamais pu matérialiser au tableau d’affichage, ce dernier plaidait pourtant en leur faveur.

Ils y avaient allumé le chiffre ‘’1’’. En dépit des velléités initiales de leurs opposants, les Spinaliens parvenaient à remettre tout en place relativement aisément.

D’abord, le bloc spinalien se solidifiait comme un roc, à telle enseigne que les hôtes caladois n’avaient réellement inquiété l’arrière-garde spinalienne que sur une frappe de Fostier, contrée (43e).Sarre-Union, par la suite et par ricochet, donnait aussi un coup de main aux Vosgiens en égalisant puis en prenant l’avantage dans l’Allier voisin.

Deux occasions de faire le break et Epinal, enfin, montait doucement mais sûrement en puissance, pour desserrer l’étreinte face à un rival rhodanien qui s’évertuait à presser haut.

Mais cela ne suffisait pour désarçonner des visiteurs, qui, s’ils n’étaient pas véritablement dangereux sur une frappe lointaine de Guyon (20e), une reprise de la tête de Coignard, pas dans le bon tempo, suite à un coup franc (27e), avaient laissé passer ce semblant d’orage.

Tout se mettait en ordre, donc, quand Asbabou, lancé dans la profondeur par Chouleur, était déséquilibré par Ogier, le temps de soigner le portier caladois Ndjalkonog, blessé dans l’action, et le capitaine spinalien transformait, à contre-pied, le penalty (34e).

Un dix-neuvième but de Chouleur qui valait à cet instant beaucoup plus que tous les autres.

Epinal prenait en effet la route National.Il suffisait néanmoins d’une erreur de Michelot, pour que Ras centre à destination de Paillot, le frère de Sandy, l’ancien Spinalien, se jetait au second poteau pour redonner espoirs aux Caladois (55e).

De quoi, attiser un peu plus les regrets de Spinaliens qui avaient eu, avant, deux cartouches pour tuer indéniablement leur proie, sur la première, Guyon lançait ainsi Di Pinto, qui ne pouvait redresser après avoir éliminé le portier du cru (49e).

Puis Kharbouch perforait la défense adverse avant d’échouer dans les pieds de Ndjalkonog (54e).

Dans le langage footballistique, on appelle cela le tournant du match. Les Spinaliens s’en seraient passés, car, dans une semaine, ils livreront un ultime combat. « Un match d’hommes », résumait Abdellah Asbabou. Oui, car Moulins est toujours en course.

Vosgesmatin  Article de Francis .VERDUN de vosges matin

Ils ont dit

" S'en prendre qu'à nous-mêmes "

Tissot

Fabien TISSOT entraîneur du SAS Epinal

« On mène 1-0 à la mi-temps et on revient sur le terrain pour jouer et mettre le deuxième but, mais on fait un gros cadeau à nos adversaires, juste après avoir eu deux occasions pour plier le match.

Comme face à Belfort. Il ne faut penser que le plus dur est fait tant que le coup de sifflet final n’est pas donné. On vient de le voir avec Moulins. Le sport est intransigeant. On va jouer notre finale, et puis voilà… ,

Guyon2 js

Quentin GUYON joueur du SAS Epinal

« C’est une déception. On avait les moyes pour l’emporter. Il ne faut s’en prendre qu’à nous-mêmes, car nous avons manqué d’efficacité et de sérieux, il faut rester quand même positif car on a deux chances sur trois scénarios pour monter.

Il faut rester optimiste. »

Asbabou raon2

Abdellah ASBABOU joueur du SAS Epinal

« C’est une grosse déception. On avait le match en main. On a fait une première mi-temps correcte, où on a la chance d’ouvrir le score. En deuxième période, on a arrêté de jouer, même si on avait eu la possibilité de tuer le match.

On a malgré tout le bonheur d’avoir les cartes en main. »

191.pngComposition de l'équipe du SAS Epinal

Epinal : Robin – Colin, Coignard, Michelot, Diallo – Guyon, Chouleur – Hassan (puis Capasso, à la 86ème minute), Kharbouch, Di Pinto (puis Diabaté, à la 65ème minute) – Asbabou.

fcvb.jpg  Composition de l'équipe du FC Villefrange

 Njdalkonog – Ogier, Antoinat, Romany, Giraud – Odin (puis Ambia, à la 77ème minute), Cochet, Dumas (puis N’Diaye, à la 80ème minute), Paillot – Ras, Fostier (puis Baud, à la 85ème minute)

 

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 19/05/2014