30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

AKROUR court toujours

A 38 ans, l’avant-centre et capitaine istréen, doyen des professionnels en France, va retrouver Raon-l’Etape, quatre ans après s’y être qualifié avec Grenoble.

20120119img-4245akrour.jpg

RAON-L’ETAPE – ISTRES

D’ici la fin de saison, il aura fêté son 500e match professionnel.

Et ce n’est qu’un symbole de la longévité du gaillard, également fidèle parmi les fidèles : passés ses débuts au football à Noisy-le-Sec, et un exil de trois saisons en Angleterre, de Sutton à Woking « une opportunité mais surtout une expérience unique » , en pense-t-il aujourd’hui, Nassim Akrour n’aura connu que quatre clubs lors de ses treize saisons professionnelles jusqu’à ce jour : Istres, Grenoble, Le Havre et Troyes.

C’est avec les deux premiers que le natif de Courbevoie aura vécu l’essentiel de sa carrière, au point d’en être à ce jour le meilleur buteur de l’histoire, dans chacun d’eux (59 réalisations avec le GF38, 68 série en cours avec le club azuréen).

Des réalisations à la pelle, de belles aventures, une accession et un maintien en L1 avec Grenoble, et une épopée en Coupe de France, en 2008-2009, achevée en demi-finale sur la pelouse du Stade rennais.

Un match auquel Nassim Akrour, blessé, n’avait pu participer, mais qui était l’aboutissement d’une aventure qui avait démarré en 32es de finale à Paul-Gasser, stade que Nassim Akrour va retrouver mercredi soir.

« Je me souviens bien de ce match. Pour nous, c’était une qualification assez flatteuse. Je revois un match très difficile, sur un terrain gelé, où il était très dur de développer du jeu. Ça reste un bon souvenir, d’abord parce qu’on est passé (aux tirs au but, 4- 3, après un match nul 0-0) . »

La perspective de retrouver Raon-l’Etape ? Hier, Nassim Akrour, assez professionnel et ouvert pour répondre aux sollicitations sur la Coupe de France alors qu’il joue en Ligue 2 le soir même, n’y songe pas encore.

Et pour cause… « Ce soir (lire hier) , c’est Monaco ! Un gros match, un premier car on sait que les rencontres vont s’enchaîner. Le début d’année, c’est une période cruciale, avec beaucoup de rendez-vous et des terrains rendus difficiles. »

Le moment où tout se dessine, y compris pour une formation istréenne louée pour son jeu, un temps sur le podium, mais qui, malgré son huitième rang avant les rencontres d’hier soir, ne vise toujours que le maintien, selon les dires de son avant-centre. « C’est surtout vu notre effectif et notre budget. Pour l’instant, ça tourne bien. On est une vraie bande de copains, on veut aller le plus loin et le plus haut possible. » Sans occulter les chances de montée en L1 ? « On y pense, mais tout peut vite basculer… »

Seule certitude, Nassim Akrour y jouera un rôle déterminant.

Comment pourrait-il en être autrement d’un joueur qui pèse sa dizaine de buts par saison depuis son retour en France, malgré ses 38 printemps, au point d’être aujourd’hui à quatre réalisations de la centaine en Ligue 2 ?

Parce que parti comme il est, le doyen des professionnels en France pourrait ne pas s’arrêter là. « Je ne me projette pas au-delà de cette saison, même pas au-delà du prochain match, mais pourquoi pas…, lâche-t-il tout de même. Tant que je continue d’avoir envie de travailler, de me lever tous les matins pour aller m’entraîner. Mais j’adore ce métier, ce sport, et pour le moment, ce n’est que du plaisir. »

Un plaisir qu’il partage et communique à ses équipiers, qui ne voient pas en lui le vétéran qu’il pourrait être, mais plutôt un guide sur le terrain. « Il est très mature, calme, reconnaissait récemment son désormais ex-coéquipier Nicolas De Préville, parti à Reims. Il a trente-huit ans, mais dans les vestiaires, il sait encore être particulièrement jeune. Ce qu’il fait m’impressionne. Je m’imagine parfois à trente-huit ans, et je pense que je ne serai pas capable de l’imiter. Il est professionnel à l’entraînement, lors des matches, et en dehors, son hygiène de vie doit être parfaite. »

José Pasqualetti n’en pense pas moins. Pour preuve, ce qu’avoue le coach istréen sur les joggings en forêt : « Nassim est toujours devant, plutôt facile. On dirait un Kényan. Il possède l’une des meilleures VMA (vitesse maximale d’aérobie) de l’effectif. C’est un athlète complet. »

Un athlète et un capitaine qui a porté son équipe en seizièmes de finale de Coupe de France, en plantant deux des trois buts istréens contre Valenciennes.

Mais qui ne se voit pas pour autant passer les mains dans les poches à Raon-l’Etape mercredi. « On sait ce que représente la coupe pour les clubs amateurs. Eux, ne la commencent pas en janvier comme les pros. C’est un long chemin, que tout le monde veut poursuivre le plus loin possible. Ces rencontres se jouent à l’envie, c’est celui qui a le plus gros mental qui s’en sort. J’espère garder le même souvenir de Raon-l’Etape que la dernière fois ! Mais je sais qu’à Raon-l’Etape, ils y pensent aussi… »

Le guide va en tout cas passer le message.

20111003img-3499akrour.jpg

Date et lieu de naissance : 10 juillet 1974 à Courbevoie (Hauts-de-Seine).

Taille : 1,81 m.

Poids : 72 kg.

Poste : attaquant.

Carrière en club : Noisy-le-Sec (jeunes, 1995-1997), Sutton United (4e division Angleterre, 1997-1999), Woking (4e division Angleterre, 1999-2000), Istres (National puis D2, 2000-2002), Troyes (Ligue 1 puis Ligue 2, 2002-2004), Le Havre (Ligue 2, 2004-2005), Grenoble (Ligue 2 puis Ligue 1, 2005-2010), Istres (Ligue 2, depuis 2010).

Bilan en carrière

Ligue 1 : 88 matchs (13 buts).

Premier match en Ligue 1 : Lille – Troyes, 0 - 0  le 23 août 2002.

Ligue 2 : 291 matchs (96 buts).

Sélection d’Algérie : 18  matchs  ( 6 buts ).

Palmarès : joueur le plus capé de l’histoire du Grenoble Foot 38 (204 matchs), meilleur buteur de l’histoire du Grenoble Foot 38 (59 buts), meilleur buteur de l’histoire du FC Istres Ouest Provence (68 buts).

« Nassim ? On dirait un Kényan » José Pasqualetti, entraîneur d’Istres

vosges-matin.jpg  P-E. B.

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 19/01/2013