30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

ET SI C' ETAIT LA BONNE

ET SI C’ÉTAIT LA BONNE ?

Par trois fois, l’US Raon-l’Etape n’a pas réussi à franchir les 16es de finale.

Ce soir face à Istres, elle va tenter d’entrer dans l’histoire.

Face à une séduisante formation de Ligue 2, les Raonnais joueront crânement leur chance. 

samir-ketlas-au-premier-plan-maxime-kelsch-et-les-raonnais-vont-certainement-tout-mettre-en-oeuvre.jpg

Strasbourg, Vesoul et Nantes, ces trois clubs ont mis fin au parcours de l’US Raon-l’Etape au stade des 16es de finale. Ce soir sur leur pelouse, les Vosgiens vont s’ingénier à ce qu’Istres ne vienne pas allonger cette liste.

En cas de réussite, ce serait une date à marquer d’une pierre blanche pour le club de la Porte des Vosges et pour le football départemental.

Jamais l’US Raon-l’Etape n’a pu franchir cette barrière.

Celle qui sera constituée par les Istréens ne semble pas insurmontable mais elle reste conséquente.

Deux divisions d’écart en coupe de France, c’est souvent loin d’être rédhibitoire.

D’autant plus lorsqu’on évolue sur ses terres.

Conscients qu’ils ont leur mot à dire, les camarades de William Séry sont convaincus de pouvoir se hisser à la hauteur de l’événement : « Même si on a réalisé une très grosse performance en se qualifiant à Amnéville pour l’instant, on n’pas fait d’exploit comme nos voisins spinaliens. On a 10 ou 15 % de chances de passer. Ce match doit être une fête. Et quand on organise une fête, on doit tout faire pour qu’elle soit réussie. Ce match peut aussi servir de tremplin à certains joueurs de chez nous qui ont pour deux ou trois le niveau supérieur. Par le biais de la coupe de France, on veut montrer que venir à Raon-l’Etape n’est pas une fin en soi » , explique Jean-Philippe Séchet, l’entraîneur.

Néanmoins, ses hommes devront s’accommoder de l’effervescence entourant ce rendez-vous : « C’est un peu ma crainte. Il ne doit pas y avoir d’excitation et on ne doit surtout pas se disperser. On ne doit rien changer à nos habitudes. Ce n’est pas facile car les joueurs sont pas mal sollicités par les médias. On ne devra pas faire le match dans nos têtes et être lessivés parce que l’on n’a pas dormi de la nuit. Il commence demain (aujourd’hui) à 18 h 15 et pas avant » , reconnaît Jean-Philippe Séchet.

Au travers de cette déclaration, l’ancien joueur pro se réfère aussi à l’expérience de 2010.

Face à des Vésuliens qui apparaissaient comme des adversaires largement à leur portée, les Raonnais s’étaient pris les pieds dans le tapis.

Outre la déception générée par l’élimination au terme d’une sortie ratée, elle est encore plus immense quand le tirage au sort des 8es désignait le Paris SG : « Je m’en souviens car j’étais venu voir ce match. Je ne veux pas que cela se reproduise. On ne devra pas avoir de regrets. A la fin, cela devra être le meilleur qui gagne. Je sais que derrière cela avait été difficile à digérer avec des défaites. Il ne faut pas oublier notre quotidien. On a encore le championnat à jouer où on peut accrocher le bon wagon », remarque Jean-Philippe Séchet.

Si Istres n’est pas l’équipe la plus clinquante de la Ligue 2 avec ses moyens limités (5,5 millions d’euros de budget, soit le plus faible de la division), elle n’en est pas moins l’une des plus appréciées pour la qualité de son jeu.

Après avoir visionné les dernières rencontres des Provençaux, le coach raonnais abonde dans ce sens : « Ça joue bien mais ça ne se traduit pas toujours au niveau des points. Ça joue très vite dans la profondeur avec un très bon quatuor offensif. Il y a une grosse activité avec des gars comme Akrour à qui il ne faut pas trop laisser de libertés. Ce sera à nous d’être très concentrés et de faire preuve d’intelligence. Hormis les quatre premiers matchs de la saison, cela ne nous a pas trop mal réussis de jouer ce genre d’équipes. »

Parfaitement bichonnée, l’aire de jeu ne montrera peut-être pas son meilleur visage.

Cela pourrait s’avérer un allié de poids afin de niveler les valeurs.

Toutefois, il faudra contenir le côté droit où Yahia Chrif et Chafik se montrent souvent intenables.

Dans ce secteur, la présence de Regui (absent en raison d’une blessure aux adducteurs) aurait été appréciable. Appelés à la rescousse, Gashi ou Demangeon auront une lourde tâche.

D’autre part, Jérôme Scolan (adducteurs) n’est pas certain de pouvoir tenir sa place.

Mais quand le remplaçant se nomme Romain Lambay, la cage devrait être bien gardée. Ce ne sont pas ces contrariétés qui devraient avoir raison de la foi des Raonnais.


vosges-matin.jpg  A.P.

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 23/01/2013