30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

Le match en questions

romain-lambay-aura-repousse-le-penalty-tire-par-cheick-diabate-a-sept-minutes-de-la-fin-avant-que-le.jpgg120.jpgphotos-philippe-briqueleur-jerome-humbrecht-4-1.jpg

DEPUIS QUAND BORDEAUX N’AVAIT-IL PAS JOUÉ EN MATCH OFFICIEL DANS LES VOSGES ?

Plus de vingt ans ! La dernière fois que les Girondins s’étaient produits dans le département, c’était le 28 août 1991 en D2. Relégués dans l’antichambre de l’élite en raison de leur déficit abyssal (45 millions d’euros), les Bordelais avaient disputé une saison avant de remonter aussitôt.

Lors de la 8e journée, le SA Spinalien avait accueilli une formation où figuraient les futurs internationaux Christophe Dugarry et Bixente Lizarazu.

Bordeaux l’avait emporté 2-4.

Les buts spinaliens avaient été inscrits par l’incontournable Patrick Weiss et les réalisations bordelaises étaient l’œuvre de l’Allemand Rainer Ernst, Christophe Dugarry, l’Islandais Arnor Gudjohnsen et Philippe Lalanne.

5 187 personnes étaient présentes au stade de la Colombière ce jour-là.

Y AVAIT-IL PENALTY SUR DIABATÉ EN PREMIÈRE MI-TEMPS ?

Non. 43e minute : à la lutte avec Sery pour récupérer un ballon que Keita venait de se faire chiper par Faubert, Diabaté s’écroule dans la surface.

M. Duhamel, l’arbitre central, ne bronche pas un seul instant, tout comme M. Varela, l’un des deux arbitres assistants supplémentaires, placé à côté du but.

Aucune contestation du côté girondin.

Diabaté se relève sans un mot et le jeu reprend son cours.

LES REMPLACEMENTS BORDELAIS EN DÉBUT DE DEUXIÈME PÉRIODE ONT-ILS APPORTÉ UN PLUS ?

Pas vraiment.

Au retour des vestiaires, Nicolas Maurice-Belay a pris la place d’Hadi Sacko et Ludovic Obraniak celle d’Henri Saivet.

Si Maurice-Belay a, par moments, montré sa pointe de vitesse et Obraniak a permis à son équipe d’ouvrir le score peu avant l’heure de jeu, l’ancien Messin et Lillois, vainqueur de la Coupe de France il y a deux ans, a ensuite raté tout ce qu’il a entrepris.

Voulant jouer les sauveurs, il a multiplié les mauvais choix et guère aidé une formation girondine qu’on a connue plus inspirée.

QUELLE ÉTAIT L’AMBIANCE AU STADE GASSER ?

Bizarrement, les quelque 3 900 spectateurs ont mis du temps à pousser derrière les Raonnais afin de créer l’exploit.

Il a fallu attendre l’ouverture du score de Ludovic Obraniak pour entendre des « Allez Raon ! » dans les travées du stade Paul-Gasser.

A partir de là, l’ambiance est montée crescendo, d’autant plus avec l’égalisation de Jean-Philippe Djé.

A fond derrière son équipe durant la deuxième heure du match, le public n’aura pas suffi à renverser Bordeaux.

On regrettera les sifflets accompagnant la sortie d’Hassan Benkajjane, remplacé par Olcay Kaya à la 118e minute. Injuste pour un joueur qui a autant apporté au club de la Porte des Vosges…

RAON-L’ETAPE AVAIT-IL DÉJÀ DISPUTÉ UNE PROLONGATION CETTE SAISON ?

Oui. Le samedi 27 octobre, pour le compte du 6e tour, les Raonnais avaient accueilli Forbach, une formation de CFA2. Alors qu’ils menaient 3 buts à 1 peu avant l’heure de jeu, les hommes de Jean-Philippe Séchet s’étaient fait rejoindre par les Mosellans 3 buts partout.

Ils forceront la décision dans le temps supplémentaire grâce à des buts de Kaya (113e ) et Géhin (115e ).

Le mimétisme s’est arrêté là… Également remplaçants comme hier soir, les deux Raonnais étaient entrés en cours de jeu.

Pour ce huitième de finale, l’issue n’a pas été aussi heureuse.

LE PENALTY SIFFLÉ CONTRE RAON-L’ETAPE EST-IL SÉVÈRE ?

Assurément.

Alors que les joueurs de Jean-Philippe Séchet semblaient avoir fait le plus dur, le ciel leur est tombé sur la tête.

A la 113e minute de jeu, Abdou Traoré peine à se défaire des griffes de Maxime Kelsch dans le coin gauche de la surface de réparation.

Un coup à gauche, un coup à droite mais le Bordelais ne trouve pas l’espace nécessaire pour centrer, avant que l’arrière droit raonnais ne tombe à terre et lui laisse l’ouverture pour centrer sur… son bras.

Celui-ci était pourtant collé à son corps mais M. Duhamel n’a pas hésité en désignant le point de penalty.

La sanction sera transformée en deux temps par Cheick Diabaté.

Très sévère pour des Raonnais qui ne méritaient pas ça.

Pas sûr que dans la surface opposée, la sanction ait été la même…

vosges-matin.jpgS.Mx.

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 10/03/2013