30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

Ne pleure pas Trésor !

Les Raonnais ont tous été exemplaires.

Même Trésor Nyamwisi qui a pourtant raté son tir au but.

tresor-nyamwisi-n-a-pas-pu-retenir-ses-larmes-a-la-fin-du-match-et-ce-sont-les-bordelais-tel-grego.jpgTrésor NYAMWISI n'a pas pu retenir ses larmes a la fin du match, et ce sont les Bordelais, tel Grégory SERTIC ( à g ), touché par la peine du Raonnais, qui l'ont consolé immédiatement.

LE JEU ET LES JOUEURS

Pourquoi changer une formule qui gagne ? Jean-Philippe Séchet avait affiché clairement ses intentions.

L’adversaire avait beau se nommer Bordeaux et évoluer en Ligue 1, le coach des pensionnaires de CFA entendait bien jouer son jeu.

C’est donc dans la configuration habituelle, en 4-2-3-1, que les Raonnais ont abordé ce 8e de finale de coupe de France.

Un dispositif classique qui porte ses fruits depuis le début de saison.

Un dispositif articulé autour d’une colonne vertébrale constituée par Romain Lambay, Mounir Hamzaoui et Hassan Benkajjanne.

Un trio de tauliers parfaitement secondé par des coéquipiers au diapason

Dans la cage, Romain Lambay a quasiment réussi le match parfait.

Si le gardien vosgien ne pouvait rien sur le but d’Obraniak, il a réussi des arrêts de classe face à Sacko (16e ) puis face à Diabaté (79e ).

Et il a aussi repoussé le penalty de l’égalisation sur ce même Diabaté qui a su saisir la seconde chance qui s’offrait à lui.

Si Lambay avait pu être décisif dans la séance de tirs au but, il aurait été le héros de la soirée.

Mais dans cette soirée aurait pu devenir doublement historique, deux Raonnais ont été les héros maudits de ce scénario complètement injuste.

Le premier, c’est forcément Maxime Kelsch , l’arrière droit dont le bras a touché le ballon centré par Traoré à 7 minutes de la fin.

Jusque-là Kelsch avait bien verrouillé son couloir n’hésitant pas à se porter vers l’avant.

L’autre malheureux a lâché de grosses larmes sur la pelouse de Gasser.

Reconverti milieu récupérateur, l’attaquant Trésor Nyamwisi a montré des qualités étonnantes à ce poste, grattant de nombreux ballons, bouchant les brèches.

Jusqu’à ce qu’il envoie son tir au but au-dessus de la barre transversale.

Un échec synonyme d’élimination et de gros chagrin. Ce sont d’ailleurs les Bordelais, le gardien Cédric Carrasso en tête, qui sont venus les premiers réconforter Nyamwisi, touchés par la légitime peine du joueur vosgien.

Les autres Raonnais ont tous tiré leur épingle du jeu.

Dans l’axe central de la défense, le duo composé par Amara Keita et William Séry a été impérial.

Si la paire de centraux s’est dans un premier concentrée sur le marquage de l’immense Cheick Diabaté, elle a aussi apporté son aide à l’attaque vosgienne avec succès puisque Keita a inscrit le second but raonnais.

Dans son couloir gauche, Loïc Demangeon a fait parler le métier.

Pour empêcher surtout les Bordelais Sacko et Traoré de porter le danger dans le camp vosgien et pour venir suppléer sa défense centrale quand il le fallait.

Au milieu de terrain Souleymane Regui , de retour de blessure, est monté en température au fil du match.

Devant lui, Mounir Hamzaoui a encore montré toute sa palette technique.

Le maître à jouer vosgien a cherché à profiter au mieux de chaque opportunité.

A l’image de sa passe lumineuse pour Djé sur le premier but vosgien.

Jean-Philippe Djé , remuant sur le côté gauche, a réussi une action limpide sur ce premier but.

Et montré beaucoup d’assurance pour tromper Carrasso.

Samir Ketlas a tenté de contenir l’impact bordelais dans l’entre-jeu. Avec courage et abnégation.

Enfin, seul en pointe comme souvent, Hassan Benkajjanne n’a pas eu le rôle le plus facile.

Mais il a tenté de mettre la pression sur la défense girondine et surtout chercher à mettre le pied sur le ballon quand il le pouvait mais il a eu fort à faire face à Marange, Sané et Planus.

Les remplaçants vosgiens ont cherché à se mettre au niveau de leurs partenaires.

Comme eux, Romain Géhin , Olçay Kaya et Léotrim Gashi ont cru à l’incroyable exploit.

Mais c’était sans compter sur la décision de Laurent Duhamel , l’arbitre de la rencontre, dont le nom restera longtemps gravé dans les mémoires des supporters vosgiens.

Qui ne sont sûrement pas prêts de lui ériger une statue.

vosges-matin.jpgPh.N.

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 28/02/2013