30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

Reconnaissance éternelle

La première qualification pour les huitièmes de finale de l’US Raon-l’Etape est une récompense pour un club qui sort véritablement de l’ombre après de multiples tentatives.

us-raon-l-etape-fc-istres-photos-eric-thiebaut-philippe-briqueleur-1.jpg

« ILS N’ÉTAIENT PEUT-ÊTRE PAS SI MAUVAIS QUE ÇA. » 
 

La reconnaissance : elle est également médiatique.

« Ce match est une vitrine pour le club , se réjouissait Jean-Philippe Séchet. On a voulu participer à la fête aussi. Deux clubs vosgiens en huitièmes de finale, c’est super. »

Les Vosges sont en tête des lauréats, avec un duo d’équipes encore en lice à ce stade de la compétition (la Seine-Maritime pourrait faire tout aussi bien si Rouen élimine Marseille le 30 janvier).

Inouï pour un département qui affiche moins de 12 000 licenciés et dont les heures de gloire se comptaient, auparavant, sur les doigts d’une seule main. Il y aura donc un avant et un après janvier 2013.

Une date à souligner à l’encre rouge.

A l’instar de la prestation d’un ensemble raonnais qui a bluffé son rival d’un soir.

« J’essaie d’inculquer la haine de la défaite aux joueurs » , résumait Jean-Philippe Séchet pour expliquer la partition jouée par son équipe.

Solidaire, en bloc, présente dans les duels et disciplinée, la formation vosgienne a tué dans l’œuf une équipe de Ligue 2 aux abonnés absents, notamment après la pause.

La reconnaissance : elle est donc sportive aussi.

« Il ne fallait pas sortir de ce match avec des regrets », avait posé le coach lors de sa causerie. Insistant sur le fait que les Istréens, critiquant une surface de jeu pourtant correcte et se présentant à Gasser avec cinq titulaires laissés délibérément au repos, avaient pris les Vosgiens de haut.

« Défensivement, on a été costaud face à des joueurs expérimentés, habitués au combat dans ce difficile championnat de Ligue 2 , ajoutait le technicien. On a aussi été capable de maintenir le résultat.

C’est ça qui me fait vraiment plaisir.

Car lors de nos deux derniers matchs (à Amnéville et Montceau-les-Mines), on n’était pas parvenu à gérer nos temps faibles et on avait laissé nos adversaires revenir.

Ce soir (mercredi), on l’a parfaitement fait. Cette qualification prouve également que des joueurs de ce groupe, qui ont été recalés par les centres de formation ne sont peut-être pas aussi mauvais que ça. Et qu’on aurait dû leur donner le temps de mûrir. »

L’US Raon-l’Etape ne s’en plaindra pas.

Elle a récolté ces fruits.

Les treize matchs consécutifs sans défaite en sont la plus probante des preuves.

vosges-matin.jpgFrancis.VERDUN.

les-raonnais-accueilleront-bordeaux-en-huitiemes-de-finale-photo-eric-thiebaut.jpgmounir-hamzaoui-ici-aux-prises-avec-nassim-akrour-a-ete-le-catalyseur-raonnais.jpg

 Peu de temps après la qualification raonnaise, Jean-Pierre Rossi est venu féliciter ses ouailles et leur entraîneur Jean-Philippe Séchet.

Ce dernier a immédiatement lâché : « Vous n’êtes pas dans la m…. président. » Allusion à une promesse du dirigeant, qui s’était engagé à faire venir un nouveau joueur si l’US Raon-l’Etape parvenait en huitièmes de finale. Le coach va donc pouvoir faire son marché.

 

ANCIENS. – David Billoir et Christophe Violant mais aussi Farid Touileb, pour ne citer que ceux-là, étaient ravis de la victoire raonnaise.

Ils ont assisté à cette première, eux qui n’ont jamais dépassé le stade des seizièmes de finale de l’épreuve.

 

BÉNÉVOLES. – Ils ont fait un travail titanesque en dégageant la neige, mardi matin pour finalement bâcher deux heures plus tard.

Pas moins de 24 heures après, opération inverse en ôtant la protection pour tracer le terrain dans les délais impartis.

Coup de chapeau aux trente-sept bénévoles, sans qui cette partie n’aurait pas pu avoir lieu.

 

TRIBUNES. – L’ancienne tribune du stade Paul-Gasser, située en face de la nouvelle, était réservée aux sponsors du club ainsi qu’aux jeunes de l’US Raon-l’Etape.

En cas de forte affluence, ce qui n’était pas le cas hier soir, les places auraient été vendues pour les supporters munis d’un billet.

 

FACEBOOK. – Les réseaux sociaux et le football font bon ménage.

Pour la Coupe de France, une page était réservée à tous les matchs. Raon-l’Etape avait donc ses’’amis’’.

Dans un même ordre d’idée, deux places étaient offertes sur Facebook par l’intermédiaire de Johann Herr, le coach du FC Sainte-Marguerite.

 

Cette fois, ça y est. Strasbourg, Vesoul et Nantes sont rayés de la carte des souvenirs inachevés.

L’US Raon-l’Etape a fini par franchir le cap des seizièmes de finale à sa quatrième tentative. Un record de plus pour le club de cette commune d’à peine 7 000 habitants.

Un exploit salué d’abord par José Pasqualetti, perdant magnifique. « Bravo, félicitations à toute l’équipe, bonne chance pour la suite » , disait le coach du FC Istres en s’adressant à son homologue Jean-Philippe Séchet.

 

La reconnaissance : voilà ce que l’équipe de CFA a surtout gagné mercredi soir.

Ces parcours effectués avant cette campagne 2012-2013 avaient semé les germes de cette réussite. « Pour la commune, c’est quelque chose de super » s’égosillait Michel Humbert, le premier édile et fervent supporter de cette équipe pour laquelle la Coupe de France est devenue un incontournable rendez-vous au fil des ans.

« Tous les joueurs de cette équipe avaient déjà disputé un seizième de finale, rappelait Hassan Benkajjane, l’unique buteur de la soirée.

Moi, c’était avec Mulhouse, les autres avec Raon ou d’autres clubs.

On avait tous envie d’ajouter un huitième de finale à la collection. Aujourd’hui, on est dans les seize dernières équipes de France.

Ce n’est pas vilain. On va faire parler de nous. » 
  


Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 25/01/2013

×