30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

Jean Philippe SECHET " On a mûri "

Le Républicain Lorrain

le 25 janvier 2013

Jean-Philippe Séchet : « On a mûri »

L’ancien milieu de terrain de l’ASNL, du FC Metz et du Paris SG file vers les sommets avec Raon qui affrontera Bordeaux en huitièmes de finale.

Entretien avec un entraîneur heureux et ambitieux.

us-raon-l-etape-fc-istres-photos-eric-thiebaut-philippe-briqueleur-3.jpg

Jean-Philippe, l’euphorie de la qualification est-elle retombée ? « Honnêtement, nous sommes encore un peu dans l’euphorie. Une euphorie à la hauteur de l’exploit réalisé. J’ai laissé un jour de repos à mes joueurs afin qu’ils savourent. Mais il va très vite falloir se replonger dans le quotidien du championnat. »

• Un championnat au sein duquel vous êtes invaincus depuis le 20 octobre 2012 (trois nuls, trois victoires). Votre parcours en Coupe de France ne s’inscrit-il finalement pas dans cette continuité ? « Toutes compétitions confondues, nous restons effectivement sur une série de treize matches sans défaite. Mais il est nécessaire de contextualiser notre performance face à Istres. En éliminant Amnéville ( CFA ) en trente-deuxièmes de finale, nous avions eu le sentiment d’avoir réalisé un exploit. Or, le lendemain, notre voisin spinalien sortait l’Olympique Lyonnais. Notre qualification n’était alors plus qu’une bonne performance. Afin d’être sur le même pied d’égalité qu’Épinal, il nous fallait créer NOTRE exploit. Voilà qui est fait. »

• La Coupe de France figurait-elle sur le cahier des charges de Raon cette saison ? « L’objectif était d’atteindre les trente-deuxièmes de finale. Le reste, c’est du bonus. Du très grand et beau bonus. Pour n’importe quel club amateur, la Coupe de France est une magnifique vitrine. Surtout pour des joueurs qui sont restés à la porte du milieu professionnel. Chez nous, ils sont très nombreux à être issus d’un centre de formation. La Coupe leur permet de démontrer qu’ils possèdent un excellent niveau et ainsi de se rappeler au bon souvenir du monde pro. »

• Ne craignez-vous pas, justement, que certains de ces joueurs attisent les convoitises à quelques jours de la fin du mercato hivernal ? « Si au moins l’un d’entre eux était contacté, croyez-moi, j’en serais le premier heureux. Ce n’est que justice qu’ils puissent enfin se montrer sous leur meilleur jour. J’estime que l’ossature de mon groupe possède le niveau du National. Par ailleurs, ce serait une sacrée récompense pour le club. Déjà, grâce à la Coupe, les regards changent. Raon n’est plus simplement le petit club d’une ville vosgienne de 7 000 habitants. Il pourrait devenir un tremplin. »

• Pour votre carrière d’entraîneur également ? « Entraîner une équipe de CFA me semble effectivement une bonne transition entre le milieu amateur et le monde professionnel. Jusqu’ici, je suis resté en Lorraine car il était temps de ne plus m’éloigner de mes enfants. Je ne les avais pas vus grandir en raison de ma carrière de joueur. Pour autant, après quatre années passées à Creutzwald, j’ai éprouvé le besoin de m’épanouir à un niveau supérieur et Raon m’en donne l’opportunité. Je prends mon temps, mais j’espère retrouver un jour l’univers des pros. »

• En attendant, il vous reste encore de belles lignes à écrire dans les Vosges. Votre équipe vous surprend-elle ? « De jour en jour ! Nous avons connu un début de saison compliqué avec un groupe à reconstruire complétement puisque neuf titulaires avaient quitté le club. Le déclic a finalement eu lieu à Sarre-Union ( victoire 2-0 le 8 septembre 2012 ). On s’est alors installé, on a progressé et j’espère avoir su inculquer à mes joueurs une vraie culture de la gagne. Mieux, depuis début janvier, en plus de bien maîtriser nos temps forts, nous parvenons à gérer nos temps faibles. Ce fut notamment le cas face à Amnéville ( victoire 2-1 ap ) en Coupe et à Montceau en championnat ( victoire 3-2 ). On ne panique plus. Notre match face à Istres en est la plus flagrante démonstration. On a mûri. »

Jean-Sébastien GALLOIS.

Interview des entraîneurs lors des 16èmes de finale de la Coupe de France

Vos commentaires ou vos critiques en répondant à cet article

 

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 08/02/2013

×