30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

SECHET: Leur ménage tourne rond

Le Républicain Lorrain ( publiée le 8/5/2013 )

Résumé de:  Mme Marjorie BEURTON

La Coupe d’Europe tend les bras à Metz Handball. Karine Séchet, la vice-présidente du club, est toute excitée.

Son mari Jean-Philippe, entraîneur des footballeurs de Raon-l’Etape, calme ses ardeurs. Rencontre.

jean-philippe-et-karine-sechet-n-ont-qu-une-religion-le-ballon-rond-photo-anthony-picore-1.jpg

Huit ballons de foot errent dans le jardin. A priori, la famille Séchet ne collectionne pas les nains. En Lorraine, on connaît bien Jean-Philippe, le mari.

Il a eu la chance d’avoir sa tête sur les vignettes Panini.

Footballeur professionnel de 1983 à 2001 – il a notamment joué à Nancy, Metz et au PSG – il est actuellement entraîneur de Raon-l’Etape en CFA.

Même s’il vise la montée en National, son heure de gloire est passée.

Aujourd’hui, les feux des projecteurs sont tournés vers son épouse, Karine Séchet.

La vice-présidente de Metz Handball a déjà réservé un cabriolet. Si les filles gagnent la Coupe d’Europe dimanche, elle a promis de faire le tour de la ville, cheveux au vent, en brandissant le trophée.

Fêlée mais passionnée.

GRAND ANGLE

Jean-Philippe Séchet vit depuis vingt et un ans aux côtés de la tornade Karine.

Lui, c’est la force tranquille.

Il est posé et prend du recul sur chaque événement.

Elle, c’est une spontanée. Son débit de paroles paraît affolant.

Son rire est communicatif.

Tout les oppose mais un rien les attire. Comme un ballon rond.

Pas le même, certes, mais ils sont tous deux mordus. « Je pourrais m’inscrire à un atelier poterie, je m’éclaterai s, confie madame. Je ne peux pas rester sans rien faire. Quand je ne travaille pas (elle gère une entreprise de communication avec son chéri), je suis à Metz Handball ou à Raon. Je ne rate jamais un match de mon mari à la mai son. »

« Elle oublie de vous dire qu’elle fait le ménage aussi. Parfois, elle rentre à minuit et elle passe l’aspirateur, ça la calme », confie monsieur.

Et lui ? Suit-il sa dulcinée ? « Dès que je peux, je viens aux Arènes. Je suis très fier de son engagement. Elle m’a épaulé pendant des années, c’est à mon tour de la soutenir. »

« Au menu, il y avait des petits pois »

Les deux époux se sont rencontrés à la cantine de l’AS Nancy-Lorraine. « J’étais en charge du marketing du FC Metz et on venait de décrocher le marché à l’ASNL.

Au menu, il y avait des petits pois ce jour-là , se souvient Karine. C’était à l’heure du déjeuner. Jean-Philippe mangeait avec Jean-Louis Zanon. Ça a été le coup de foudre. »

Après avoir partagé une jardinière de légumes, ils ont décidé de partager leur vie.

Cette année, ils fêtent leurs noces d’opale. A l’époque, c’est pour son homme qu’elle avait démissionné. « Quand on a comparé nos fiches de paye, je n’ai pas hésité », s’amuse la « biche » à monsieur. Elle n’a jamais regretté d’avoir tout plaqué. « Surtout quand je raconte à mes copines que j’ai dîné chez David Ginola. Pour Jean-Philippe, c’était normal, c’était son collègue de travail. Moi, j’étais perturbée quand il a ouvert la porte de chez lui torse nu, en claquettes. Ça reste un agréable souvenir. »

La fan,

devenue "femme de", est aujourd’hui madame Séchet. Elle s’épanouit au handball et ne conçoit pas de rester au club si son ami Thierry Weizman s’en va. « Il a annoncé qu’il pourrait quitter la présidence.

S’il arrête, je ne pense pas continuer.

Si je me suis engagée autant, c’est pour lui.

C’est le quatrième homme de ma vie, derrière mon mari, mon fils et mon père.

Il y a Thierry mais aussi Isabelle (Wendling). Mon aventure est liée à la leur. Je ne’imagine pas l’avenir sans eux », confie Karine Séchet.

Au cas où, à Raon, son mari lui cherche déjà une fonction. « Ne m’en parlez pas. A chaque fois que je vais dans les Vosges, je m’arrache les cheveux. Je mettrais bien mon grain de sel dans l’organisation. Huit ans de bénévolat au club de Metz Handball, ça forme. »

Elle a toujours son mot à dire. Mais le plus beau, c’est encore celui qu’elle glisse chaque jour à son chéri, dans leur cocon de Vany…

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 08/05/2013

×