30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

Abdoulaye BA, défenseur central

 CARTE DE VISITE

Nom : Ba ; prénom : Abdoulaye.

Date et lieu de naissance : 12 mars 1986, à Mantes-la-Jolie.

Poste : défenseur central.


Parcours : Mantes-la-Jolie (CFA), Raon-l’Etape (depuis août 2013).


Aligné depuis le 7 septembre, Abdoulaye BA n'a pas encore connu la défaite avec l'US Raon l'Etape

A 27 ans, Abdoulaye Ba a franchi le pas et quitté sa banlieue.

Son nouvel horizon, c’est à Raon-l’Etape.

ba.jpg

Saint-Dié, lundi en début d’après-midi.

Sa grande carcasse ne passe pas inaperçue dans des rues pourtant pleines.

Abdoulaye Ba est ponctuel.

img-8147-1.jpg

On s’installe dans une brasserie qui borde la Meurthe, ramadan oblige, il fait abstinence et refuse de consommer,d’une voix posée, parfois douce, la recrue de l’US Raon-l’Etape débite les mots.

Il n’est pas pressé.

C’est journée de repos.

Le voilà donc qui ouvre le livre de sa vie.

Une grande partie est toute proche, dans ce quartier de Kellerman, où résident ses cousins et les parents du plus célèbres d’entre-eux : Kalidou Koulibaly, formé au FC Metz et désormais joueur de Genk (Belgique). « Je viens souvent en vacances à Saint-Dié », avance Abdoulaye Ba qui loge ainsi dans sa famille.

Famille. Plus qu’un vocable, un socle.

Son oxygène, l’autre morceau est en Ile-de-France.

Fils d’un père sénégalais et d’une mère mauritanienne, depuis vingt-sept ans il sillonne en effet en long et en large Mantes-la-Jolie, sa ville d’adoption, loin de ses racines africaines. « C’est une des plus grandes cités d’Europe », rappelle le défenseur. Là-bas, il a connu une enfance certes heureuse, mais tout n’a pas été rose. « Nous sommes passés par des moments difficiles », relate-t-il. C’est pourquoi, il n’a pas hésité à rallier Raon-l’Etape cet été. « Pour également aider ma mère », lâche-t-il.

Il est donc dans les Vosges pour un an.

img-8241-1.jpg

Changement radical. « J’ai toujours vécu à Mantes-la-Jolie », indique l’intéressé. Dans les Yvelines, le football devient le fil rouge de sa jeunesse. Son autre oxygène. Il se révèle. « A quinze ans, j’étais surclassé et j’évoluais en réserve, qui était en DSR (l’équivalent de notre DHR), expose le joueur. J’ai disputé la Coupe de Paris. A dix-huit ans, j’ai intégré le groupe de CFA en milieu de saison. J’ai fait pas mal de banc (sic) et j’ai joué un match contre Viry-Châtillon. »

Du coup, les propositions arrivent. « J’en ai eu à l’époque des U15 et des U18 , se souvient-il. J’étais jeune. Laisser ma ville, ma famille, je ne pouvais pas. Je n’étais pas assez mature. » Sa chance passe alors. « Je peux regretter sans regretter , tempère-t-il. Je n’aurais peut-être pas eu ce que j’ai maintenant. La vie de pro, avec tout cet argent, ça change pas mal de chose. Ça peut faire tourne la tête. C’est un mal pour un bien car je ne bois pas, je ne fume pas, je ne sors pas. »

Abdoulaye Ba continue ainsi son bonhomme de chemin avec Mantes durant cinq exercices encore.

Mais l’aventure prend fin en ce mois de juin. « On a vécu une saison difficile, où on a failli descendre. C’était éprouvant. Alors je voulais arrêter le foot », reconnaît le néo-Raonnais. Il n’en sera rien. Grâce à Alassane Sall, gamin de Kellermann, plongé lui aussi dans le monde du ballon rond. « Il m’a mis en contact avec Eric Champagne, le directeur sportif de Raon, et m’a dissuadé de ne pas arrêter », affirme le défenseur central. Abdoulaye Ba saute dans un train et dispute alors un match amical contre Thaon.

 

Il en jouera un second, contre Saint-Dié et après quelques entraînements supplémentaires, il s’engage avec le club de la Porte des Vosges. « C’était l’opportunité d’aller voir ailleurs , concède-t-il. Au niveau football, j’avais besoin d’un changement d’air. » Nouvel oxygène pour celui qui était animateur à la ville de Mantes-la-Jolie. « Alassane Sall m’a confirmé que Raon était le club qu’il me fallait », reprend Abdoulaye Ba. Rapidement, il s’intègre à un groupe dans lequel Benoît Patin n’était pas un inconnu pour lui. « On avait effectué un test ensemble à Dijon , glisse-t-il. Je suis à Raon-l’Etape comme si j’étais chez moi. »

Il lui a juste fallu rattraper une préparation tronquée. « J’ai bossé dans l’animation jusque fin août , explique-t-il encore. Je commence à retrouver mon niveau. »

img-8236.jpg

 Il s’est pourtant vite installé au centre de la défense raonnaise. « J’ai signé parce qu’il manquait un joueur (Amara Keita qui est blessé pour de longs mois), souligne le milieu relayeur de formation, également positionné meneur de jeu dans ces plus jeunes années. Même si je suis titulaire, ce n’est pas une fin en soi, il faut toujours travailler. » Taper et taper encore dans ce ballon, véritable bouteille d’oxygène.

 « Je suis à Raon-l’Etape comme si j’étais chez moi. »

vosges-matin.jpg   Francis VERDUN

 


Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 16/10/2013

×