30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

DEMANGEON " un gros coup à jouer"

Le défenseur Raonnais est confiant

le-defenseur-raonnais-est-confiant-photo-ph-b.jpg

Au sortir de la qualification pour les huitièmes de finale, face à Istres, le capitaine raonnais William Séry s’était fendu d’une déclaration qui résumait toute la détermination de la formation de CFA. « Dans les Vosges, on a vraiment des gars qui ont la rage », lançait l’international martiniquais.

S’il ne tenait pas à cibler quelqu’un en particulier, le défenseur aurait tout aussi pu adresser ce compliment à l’unique Loïc Demangeon.

Son partenaire du secteur défensif sur qui le poids des ans n’a pas d’emprise.

Quand il s’agit de mettre la semelle, de montrer les crocs ou de soutenir un siège, le Rambuvetais se pose ainsi là. Il en tire aujourd’hui les dividendes avec ce choc face aux Girondins de Bordeaux. « Lors du tirage au sort, on voulait affronter quatre équipes : Marseille, Paris, Saint-Etienne ou Bordeaux , glissait l’ancien Spinalien lorsque nous l’avions contacté pour évoquer son cas personnel (notre édition du 21 février). On est très fier d’accueillir un club finalement méconnu dans l’est de la France, qui est à l’opposé de nous en terme de géographie et de statut. »

Un challenge qui ne mine pas pour autant le futur vétéran, qui en a vu de l’autre tout au long de sa carrière. « On a un gros coup à jouer , lâchait-il encore. Ce serait une suite logique à ce que nous avons fait jusqu’à présent. On a disputé notre Coupe de Lorraine (allusion aux matchs qui ont amené l’US Raon-l’Etape jusqu’en seizièmes de finale), puis on a joué contre une équipe de Ligue 2 (Istres) pas très médiatique et on s’en était finalement sorti. Mais c’est mercredi (aujourd’hui) qu’il faut créer l’exploit. »

Les Raonnais ne l’ont-ils déjà pas réalisé ? « Istres, oui cela reste un exploit , abonde Loïc Demangeon, car c’était une équipe de Ligue 2 qui était dans les dix premiers de son championnat. Au vu du match, on n’a pas senti un écart si grand entre eux et nous. On sait tout de même que l’on a fait un exploit, mais nous ne l’avons pas ressenti comme tel. Bordeaux, ce n’est pas comparable. On s’attaque à autre chose, à un club de Ligue 1, qui a un passé et un palmarès. »

Francis.VERDUN.

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 27/02/2013