30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

Maxime KELSCH, la main malheureuse

Maxime KELSCH

kelsch.jpg

Le 24 décembre 2013

Il a été un des héros maudits de ce match face aux Girondins de Bordeaux, il y a dix mois.

Le défenseur revient sur cet épisode avant la revanche fixée au 5 janvier.

Dans le Landerneau Vosgien, tous ceux qui étaient présents ce jour-là au stade Paul GASSER s'en souviennent encore.

La Coupe de France avait alors tourné le dos à l'US Raon l'Etape sur deux coups du sort.

Ce tir au but manqué par Trésor NYAMWISI qui avait offert le billet des quarts de finale aux Girondins de Bordeaux, et auparavant, ce penalty sévèrement accordé aux Aquitains en prolongation, qui, par ricochet, n'aurait pas dû motiver l'échec de Trésor NYAMWISI puisqu'il n'aurait jamais dû être ordonné.

" La main des regrets " Tel avait donc été le titre que nous avions choisi pour qualifier l'élimination de l'US Raon l'Etape en février dernier.

comme-ses-partenaires-maxime-kelsch-a-livre-un-match-de-titan-face-a-bordeaux-mais-ressasse-encore.jpg

Le 27 février dernier, Abdou TRAORE avait donné le tournis à Maxime KELSCH qui, sur cette action, va concéder le penalty qui a ruiné les efforts de l'US Raon l'Etape ( Photo de M. Philippe BRIQUELEUR )

Cette mimine de Maxime KELSCH qui avait sonné le glas des ambitions d'un ensemble Vosgien qui avait jusqu'alors sa proie Aquitaine dans le viseur, il ne manquait plus qu'à l'achever.

Mais quand l'arbitre Laurent DUHAMEL a décidé d'accorder ce coup de pied arrêté au club de l'élite, le ciel s'était alors abattu sur les crânes de Raonnais abasourdis, Bordeaux égalisait ainsi.

On connaît la suite.

Au centre de cette action rédhibitoire pour la formation de CFA, le défenseur n'est pas près d'oublier ce moment, cette 114ème minute opù tout a basculé " Oui, forcément, je m'en souviens bien, rappelait hier Maxime KELSCH.

Il  ( Abdou TRAORE ) me fait deux ou trois crochets, je suis tellement dans le zag ( sic ) que cela me déséquilibre, il parvient à centrer, moi, je suis dos au jeu, il venait de me faire tomber, après, c'est sûr que je touche le ballon de la main, mais je suis dans une telle posture que c'est involontaire."

Pendant que l'ancien pensionnaire de centre de formation de l'AS Nancy Lorraine ressassait, Cheikh DIABATE égalisait non sans mal ( Romain LAMBAY a repoussé le penalty sur le Malien ) et de façon " peu conventionnelle ", avait imagé son partenaire Ludovic OBRANIAK.

De quoi ajouter à la frustration du joueur Raonnais, surtout qu'il pense que, dans le sens inverse, la décision arbitral aurait pu être tout autre "Je n'ai pas de certitudes, estime-t-il cependant, peut-être suis-je mauvaise langue, mais les petites équipes comme Raon l'Etape, ça dérange dans le paysage.

Après, cela reste à l'appréciation de l'arbitre.

Chacun a son point de vue."

559827-507071282672421-347655825-n-1.png

" Je serais stupide de le faire exprès "

Evidemment, cette  action fatidique pour les Raonnais a ruminé dans les esprits Raonnais au-delà des cent vingt minutes.

Maxime KELSCH s'était ainsi empressé d'aller voir le référé à l'issue des tirs au but.

1418380 3771890 800x400

Il cherchait à comprendre " J'étais passablement énervé, reconnaît le latéral droit, je veux vous dire que je ne lui ai pas bien parlé, ce qui m'avait marqué dans cette discussion, c'est que l'arbitre m'avait dit que j'avais fait exprès d'avoir mis la main, je n'en croyais pas mes oreilles.

Je lui ai répondu que je disputais un huitième de finale de Coupe de France, que l'on menait et que je serais stupide de le faire exprès, j'ai admis sa décision, mais, je le répète, c'était involontaire."

Dix mois après, la cicatrice n'est pas encore refermée sur la blessure du défenseur " En fait, ce n'est pas un fait de jeu qui nous a laissé des regrets, c'est surtout que nous étions à deux doigts de passer, révèle-t-il, au final, le véritable regret est d'avoir été éliminé, et qu'importe le scénario.

On avait été bien en place et jusqu'à ce penalty, Bordeaux avait dominé mais n'avait pas vraiment été dangereux, la place était énorme pour se qualifier."

En tout cas, une chose est certaine, Maxime KELSCH a juré qu'on ne l'y reprendrait plus.

"Si la situation venait à se reproduire, je mettrai les mains dans le dos, conclut l'intéressé, mais je n'en ferai pas une fixation, car cela peut aller au détriment de mon jeu, mais sur le moment, c'est certain que je me dirai  ne met pas la main et je ferai attention."

Vosges matin  Francis VERDUN

 

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 03/01/2014