30ème journée de C.F.A du groupe B - AS Yzeure 2 - 2 US Raon l'Etape, SAS Epinal 1 - 1 AS Moulins, Jura Sud Foot 4 - 0 HS Vesoul, FC Sochaux 2 - 0 FC Mulhouse, Lyon 3 - 1 MDA Chasselay, AS Lyon Duchère 2 - 3 ASM Belfort, FC Montceau 0 - 1 FC Villefranche, US Sarre Union 0 - 1 AS Saint-Priest

On peut toujours compter sur lui

Le quotidien qui traite l'actualité

du département des Vosges

vosges-matin.jpg

Service des sports :  Très beau résumé de A. P

Le 16 mai 2013

La foi chevillée au corps

Loïc DEMANGEON espère bien connaître le bonheur d'une accession

Un garçon attachant et au grand coeur et fait un bien fou au club de la Porte des Vosges.

Loïc DEMANGEON, défenseur, est l'un des hommes forts de l'haletante fin de saison Raonnaise.

Grâce à son tempérament, il a récupéré une place de choix parmi les titulaires.

img-1604.jpg

On ne saurait trop conseiller à une formation qui souhaiterait jouer l'an prochain la montée ou relever un défi de taille d'accueillir en son sein Loïc DEMANGEON.

A 35 ans, le défenseur n'est toujours pas rassasié.

D'ailleurs, on ne sait pas si sa soif de vaincre ou de combattre sur les terrain sera étanchée un jour, il y a un an, il ambitionnait de rejoindre la Ligue 2 avec le S.A. Spinalien avant d'échouer aux portes de celle-ci.

En dépit d'une place de titulaire retrouvée sur le flanc droit dans le sprint final, l'intéressé apprenait quelques temps plus tard qu'il ne faisait pas nécessairement partie du projet à venir: " J'ai été un peu surpris de cette décision de ne pas me garder, je l'ai acceptée et j'ai ravalé ma fierté, j'étais persuadé que c'était une erreur même si je suis bien conscient de ce que je peux apporter et ne pas apporter" reconnaît-il.

Pourtant cette blessure n'est certainement pas encore totalement cicatrisée mais il a su passer outre, néanmoins, cela ne l'empêche pas d'être présent au stade de la Colombière dès qu'il le peut.

Aujourd'hui, c'est avec l'US Raon l'Etape qu'il ferraille pour atteindre le National.

Ironie de l'histoire, Epinal s'apprête à faire le chemin inverse.

Du côté de la Porte des Vosges, le parcours a été semé d'embûches.

Pour dire vrai, beaucoup voyaient cette équipe fortement remaniée éprouver les pires difficultés à sortir de la jungle d'un groupe B relevé, ces craintes légitimes étaient également rehaussées par la présence de grosses cylindrées ainsi que par le spectre de la réorganisation du quatrième échelon.

Pourtant à deux encablures de l'arrivée, ce sont bel et bien les Vosgiens qui sont en pole position avec les cartes en main " Quoi qu'il arrive, ce sera une formidable saison pour le club avec un premier huitième de finale de coupe de France et d'être encore dans la course à la montée jusqu'à la fin" estime Loïc DEMANGEON.

Fidèle à son image

Encore une fois, c'est à la faveur d'une trajectoire collant bien à son caractère que le Rambuvetais Aa su être présent au moment crucial, pas forcément dans le onze type au démarrage de l'exercice, il a réussi à gagner du temps de jeu et a été performant dès qu'une fenêtre de tir s'est dessinée : " Même si je connaissait le club, il y avait un nouvel effectif et il fallait un petit temps d'adaptation, ce n'est pas secret, je n'aime pas me mettre assis sur le banc.

Je n'ai jamais douté et j'ai tout fait pour être le meilleur possible, après quand je joue, il faut venir me déloger, c'est un peu à l'image de ma carrière, dans les bons et les mauvais moments, il faut pas lâcher, j'ai toujours fonctionné comme ça" analyse Loïc DEMANGEON.

Hâbleur, tranchant dans les duels, il ne rechigne jamais même si le poids des ans se ressent parfois, bien sûr, il y a quelque fois des débordements, mais rarement ceux d'un adversaire, car il ne fait jamais dans la demi-mesure.

Toutefois au final, c'est le genre de joueur que l'on peut détester mais que ses détracteurs aimeraient certainement compter dans leurs rangs sans vouloir se l'avouer.

Loïc DEMANGEON est de cette race d'éléments sans doute en voie d'extinction qui ne redoute pas de mettre la tête là ou certains n'oseraient pas à y aventurer le bout de leurs crampons.

La désillusion de l'an passé, il n'a pas très envie de la revivre samedi prochain à l'issue du combat des chefs programmé face à Strasbourg au stade Paul GASSER: " On ne se prend pas trop la tête avec ça mais j'ai envie d'être champion, c'est plutôt Strasbourg qui ne parle que de ça.

Je m'éclate et je ne lâcherais rien en y croyant dur comme fer, tout le monde nous enterre et cela nous va bien d'être dans la peau de l'outsider" explique t-il.

Et on peut compter sur lui pour être présent lors de cette finale annoncée.

Il se murmure qu'il a déjà promis de trouver le chemin des filets Alsaciens, vu la personnalité du gaillard, ce n'est pas impossible

partenaires-n-7-2.jpg


 

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 16/08/2013